La Maisonart

English

Galerie & Studio de John Wiseman

F4U-1 , ‘’Bird Cage’’ Corsair

Le Corsair, initialement commandé par l'US Navy pour opérer à partir de porte-avions, a été relégué aux unités de chasse terrestres en raison des conditions d'atterrissage dangereuses rencontrées en mer. Le moteur radial Pratt & Whitney de 2000 HP propulsait une grande hélice à 3 pales de 13' 4'' (4,06 m) (4 pales sur les versions ultérieures). Le profil curieux de l'aile de mouette inversée a été conçu pour permettre au train d'atterrissage de rester relativement court pour la robustesse tout en maintenant une bonne distance au sol pour la grande hélice, une bonne caractéristique de conception, mais problématique pour une utilisation pratique et sûre sur les porte-avions - où l'atterrissage et les décollages étaient déjà une chose délicate. Ces problèmes initiaux ont finalement été surmontés par la Royal Navy britannique. Les Corsairs avaient une suspension rigide qui provoquait des rebonds erratiques à l'atterrissage, la suspension a donc été assouplie. Lors de l'atterrissage sur un porte-avions, un pilote réduisait considérablement sa vitesse lors de l'approche, mais avec le Corsair, cela provoquait un décrochage aérodynamique et , mettait l’avion dans un tonneau brusque - pas le genre de chose que l'on souhaiterait lors d'une approche à l'atterrissage ! La Royal Navy a corrigé cette tendance au décrochage en utilisant un simple dispositif de coins sur les ailes - problème résolu. D'autres éléments de conception ont été modifiés, ce qui a finalement permis au Corsair de servir dans l'US Navy. Cela a considérablement élargi l'utilisation de ce précieux atout, l'un des meilleurs avions à hélices de la Seconde Guerre mondiale qui a servi jusque dans les années 1950. Les pilotes pilotant le Corsair ont abattu 2140 avions japonais.

Mon modèle est un Corsair appartenant à l’Escadron VF – 17 qui décollait du porte-avions USS Bunker Hill. Le 11 mai 1945, au large de Kyushu lors de la bataille d'Okinawa, l'USS Bunker Hill est touché par deux Kamikazes à 30 secondes d'intervalle. Le navire est alors gravement endommagé faisant 372 morts et 264 blessés.
Avec ce modèle particulier, je voulais montrer l'usure plutôt extrême qui affectait les avions de combat. Les avions fraîchement sortis des usines perdaient rapidement leur beauté de salle d'exposition. La finition camouflage était rapidement entachée par une combinaison de déversements d'huile, de graisse et de carburant. Les équipes de maintenance qui se bousculaient pour remplir les magasins de munitions et effectuer la maintenance de l’avion laissaient des traces de bottes et d'outils un peu partout sur la surface de l’avion. Reproduire les marques telles que les taches laissées par les tuyaux d'échappement ou l’explosion d'armes à feu, l'effet blanchissant du soleil tropical, de l'eau salée et de la pluie, les traces de boue, de rouille et de saleté constitue un défi intéressant pour les modélisateurs. Lorsqu'elle est effectuée efficacement, une telle altération peut donner une impression de réalisme.